0

Affaire de trafic d'organes humains: une plainte déposée contre l'hôpital central de Yaoundé

Video Archive
Wed, 29 Sep 2021 Source: www.camerounweb.com

• Une famille d'un patient décédé accuse l’hôpital d'avoir enlevé des organes de son fils

• La maman de la victime porte plainte contre l’hôpital

• L'intégralité du contenu de la plainte


C’est une affaire qui risque de faire d’huile dans le monde la santé au Cameroun. L’hôpital central de Yaoundé est accusé de s’adonner à un trafic d’organes humains. Ces accusations sont portées par une famille d'un patient décédé depuis la semaine dernière.

En effet, plusieurs fois sur la sellette au sujet des mutilations d’organes humains, cet établissement sanitaire a été pris d’assaut vendredi 25 septembre dernier par la famille du jeune Ahissi Mengue Hilaire qui s’indigne contre l’extraction de ses organes à la morgue de cet hôpital.

On a frôlé́ l’émeute vendredi dernier devant les bureaux de la direction de l’hôpital central de Yaoundé́. Il a fallu l’intervention manu militari des forces de maintien de l’ordre pour calmer les esprits et éviter que le Pr Joseph Pierre Fouda ne soit copieusement molesté par les membres de la famille d’Ahissi Mengue Hilaire dont le corps à moitié nue, gisait dans un cercueil exposé à dessein devant le lieu de travail du patron de cette institution sanitaire fondée en 1933.

Ulcérée par une découverte macabre au moment du retrait de la dépouille à la morgue de l’hôpital, la famille veut des réponses et qui mieux que le directeur pour les lui apporter? Pour comprendre les raisons de ce ras-le-bol, il faut s’en remettre au récit des frères du défunt qui ont promis de ne lâcher du lest que lorsque justice sera faite.

« Nous avons conduit Ahissi dans cet hôpital dimanche 12 septembre car il avait reçu un coup de couteau dans le bas du côté droit. Ce même jour, il a été opéré après radio et échographie d’après le médecin en service ce jour-là. Une deuxième opération a été programmée la nuit du vendredi à samedi (du 17 au 18 septembre Ndlr).

L’opération a duré 6h (de2h de la nuit à 8h du matin Ndlr). Le fait qu’il n’ait pas reçu d’anesthésie l’a poussé à crier durant toute l’opération. Il en est donc ressorti fatigué et saignant abondamment, avec des bandages sur tout le corps. Il a glissé du lit et est mort dimanche pendant le pansement. C’est alors que nous l’avons conduit à la morgue », raconte l’un des frères du défunt.

La maman de la victime, Ngono Mengue Sosthenie a déposé une plainte le 27 septembre 2021 contre l’hôpital central de Yaoundé. Dans sa plainte, elle « sollicite que lumière soit faite sur les causes de décès de son fils et sur les nombreuses mutilations qu’a subi ce dernier et en cas d’actes malveillants que justice soit faite ».

La rédaction de CamerounWeb vous propose ci-dessous l’intégralité du contenu de la plainte

“ Monsieur le Commissaire,

J’ai le respectueux honneur d’accourir auprès de votre haute bienveillance porter plainte contre l’hôpital central, pour affaire concernant mon fils AYISSI MENGUE Hilaire dans les locaux hospitaliers (HCY) des suites de nombreuses mutilations qu’a connu ce dernier à la suite d’une seconde intervention chirurgicale donc les explications n’ont pas jusqu’ici été données.

En effet, je suis arrivée à l’hôpital central de Yaoundé le 10 Septembre 2021 dernier avec mon fils pour des soins d’une blessure pénétrante au niveau de la fosse lombaire gauche suite à un poignard donc mon fils était victime ;

Nous avons été reçu par une infirmière du nom de KOA BILOA Hortence Clarisse qui d’entame avait fourni des médicaments pour que l’on administre des soins à ce dernier et dont j’avais remis une somme de 19.000 FCFA (dix-neuf mille francs) entre ses mains suivie des frais de radiographie donc cette dernière m’avait demandé d’envoyer au biais de son compte orange money et cela a été fait plus tard (14.000 FCFA) ;

Le samedi 11 matin, cette même Hortence nous fait sortir de l’hôpital sous prétexte que les frais d’hospitalisation pourraient me couter cher et qu’elle prendrait l’initiative d’apporter des soins sur place à mon fils à la maison, mais ce qui n’a point été fait ; NB : Je précise que je n’ai reçu aucun résultat de radio jusqu’ici ;

Une fois à la maison, je constatai un léger enflement au niveau de sa plaie provocant des saignements qui, je précise mon fils ne dégageait aucun disfonctionnement, car allait à la selle et urinait normalement ;

Lundi 13 Septembre 2021, je pris l’initiative de le ramener à l’hôpital où le Docteur NOAH a prescrit des examens de radio et d’échographie que nous avons eu à débourser des frais d’une valeur de 40.000 (quarante mille francs CFA), mais qui ne me sont pas toujours parvenu ;

C’est ainsi qu’au soir du 14 Septembre 2021, sous ordre du Docteur NOAH, mon fils se fera opérer par le Docteur AKABA, qui après opération va prendre le soin de me rassurer en toute quiétude que mon fils est hors du danger, car l’opération s’est bien déroulée. Mais la seule chose à faire c’est d’acheter les médicaments prescrits et effectué une transfusion sanguine, car le petit aurait beaucoup saigné ;

C’est ainsi que dans la nuit du jeudi 16 Septembre 2021, vers 23h00 qu’une série de prélèvement sanguin sera fait sur mon fils par le Docteur NOAH qui jusqu’ici ne m’apporte aucun éclairci suite à cette série de prélèvement qui dura jusqu’à la nuit du 17 Septembre 2021 ;

C’est alors qu’à la même du 17, qu’exigera le Docteur NOAH de faire passer une seconde intervention chirurgicale à mon fils sans me fournir la moindre raison, malgré mes doutes et ma curiosité sur la raison du pourquoi je reste néanmoins confiante sur l’expertise de ce dernier ;

Il est exactement 02h00, l’heure à laquelle mon fils entrera au bloc opératoire pour une seconde fois par Docteur NOAH qui me rassure qu’il s’en chargera des frais, quelques heures plus tard de son entrée au bloc, j’entendis des cris de mon enfant on dirait un animal se faisant abattre dans un abattoir, j’ai dû me lever et aller cogner car j’étais très curieuse de ce qui se passait dans ce bloc ;

Samedi 18 Septembre 2021, à 8h00 du matin que mon fils fut sorti du bloc avec des bandages de toute part et des sondes, j’avais du mal à identifier mon fils ;

Au fil des heures, sa santé se dégradait au fur et à mesure, car il saignait comme un agneau immolée sorti dans un abattoir, il gémissait et se tordait de douleur à chaque instant et bavait sans laisse ;

Je suis sans âme, j’ai perdu le gout de vivre de savoir mon fils dans un état partant, je saigne dans le cœur, mon dedans est rempli de douleur qui pour intervenir, qui m’entendre, qui pour ressentir la douleur que j’éprouve … ?

Mon fils est dans un état de mort, je n’ai aucune explication du sort de mon fils, qu’a-t-il fait mon fils pour mériter se sort, lui qui est venu pour des soins d’une plaie se voit repartir dans une morgue certaine…

Dimanche 19 Septembre 2021 à 14 heures, il est mort mon fils dans un état désastreux et pitoyable, je suis sans voix, seules mes larmes peuvent justifiées la douleur de mon cœur, je saigne au-dedans de moi. Toute la famille est alerté et mon fils est conduit dans un état inidentifiable et laisse derrière lui des questions qui méritent des réponses suite à son décès.

Lundi 20 Septembre 2021, nous avons eu à déposer une requête de demande d’explication auprès du Directeur Général de l’Hôpital Central qui, demeure sans réponse, or, nous étions sensé le rencontrer le mercredi 22 Septembre 2021 à 14h00, jour du rendez-vous, mais qu’il a boycotté pour des raisons inconnues. Etant donné que la levée avait été programmée pour vendre le 24 Septembre 2021 à 14h00, nous avons constaté que le corps mon fils aurait été habillé à la veille du jour de la levée d’après ce qui nous a été relayé par les morguiers, nous avons pris position d’identifier le corps de mon fils avant de le faire entrer dans le cercueil, malgré de nombreuses opposition et des refus, nous avons néanmoins pu l’identifié en présence de nombreux morguiers sur place.

C’est dans cet élan et épris de colère, vu que nous n’avions eu des explications suite aux nombreuses mutilations découvertes sur mon fils, nous avons pris l’initiative de consulter un Huissier de Justice qui après levée de corps est venu sur place faire un constat.

Suite se faisant, nous sommes montés avec le corps vers le bloc administratif et l’avions déposé au-devant du bureau du Directeur pour avoir des réponses d’explications suite à la scène qui se dégageait.

C’est ainsi que nous avons vu arrivé des forces du maintien de l’ordre et la descente du Central N°1 pour temporiser la situation et quelques heures plus tard, a fait une descente sur le terrain du Procureur Général. Le corps a été scellé et mis à la morgue par la suite, après de nombreux terrain d’entente et la morgue a été perquisitionnée jusqu’à nouvel ordre en attendant la poursuite des enquêtes de la conclusion de celle-ci.

C’EST POURQUOI JE SOLLICITE QUE LUMIERE SOIT FAITE SUR LES CAUSES DE DECES DE MON FILS ET SUR LES NOMBREUSES MUTILATIONS QU’A SUBI CE DERNIER ET EN CAS D’ACTES MALVEILLANTS QUE JUSTICE SOIT FAITE.

Dans l’espoir que cette plainte retiendra votre aimable attention et que vous donnerez une suite favorable, je vous prie d’agréer l’expression de ma profonde considération.

P.J :”


Source: www.camerounweb.com