Actualités

Sport

Business

Culture

TV / Radio

Afrique

Opinions

Pays

Bon à savoir : une astuce contre l'AVC

Accident vasculaire cérébral

Lun., 2 Oct. 2023 Source: www.camerounweb.com

La santé est primordiale et comme le dirait quelqu’un, rien ne vaut la vie. Il faut prendre soin de son corps, de son état psychologique pour ne pas laisser la porte ouverte à des maladies comme l’accident vasculaire cérébral.

Un AVC, encore appelé souvent « attaque », survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique le plus fréquent) ou par un vaisseau sanguin rompu (AVC hémorragique), dans moins de 15% des cas.

Le lanceur d’alerte Paul Chouta a publié, tel que reçu, une astuce contre l'AVC : « Tu as un parent ou une connaissance qui, suite à un AVC, est paralysé. Il a perdu son sens. Alors cherche 41 colas garcinia (mbita cola) + les feuilles d'ocimum canum (massep) ».

Ensuite, dit le journaliste, « faites la décoction (écraser les deux) puis trempé dans trois (03) litres d'eau et faites-lui boire un verre à bière trois (03) fois par jour ». Paul Chouta s’est gardé de donner sa source.

Secourisme : neuf choses à savoir pour sauver la victime

1. En cas de perte de sang importante

La plus grosse erreur est de réaliser un garrot immédiatement. Lorsque la victime saigne beaucoup, il est primordial de commencer par stopper le flux sanguin aussi vite que possible. Il faut comprimer l'artère la plus proche de la plaie, puis appliquer une compresse sur la plaie en utilisant des lingettes stériles. Si la plaie est très profonde, alors il faut la remplir avec des serviettes ou bandages stériles et fixer un tampon-relais.

Un garrot ne devrait être utilisé qu’exceptionnellement. Il faut le poser juste au-dessus de la plaie.

Important : il faut serrer le garrot juste assez pour arrêter l'hémorragie, pas plus. Il est important de desserrer le garrot (tout en comprimant l’artère) pendant 10 à 15 minutes afin d’éviter de provoquer une paralysie de ce membre. Il faut ensuite resserrer sans dépasser 30 minutes à chaque fois.

2. En cas de saignement du nez

La principale erreur est de pencher la tête vers l’arrière. Dis à la personne de s’assoir, d'incliner légèrement sa tête vers l'avant pour permettre au sang de s’écouler et pince la partie molle de son nez avec deux doigts pendant 10 minutes (pas plus). Dis-lui ensuite d’expulser le sang en crachant, afin qu’il ne pénètre pas dans l’estomac, ce qui provoquerait des nausées.

Important : il ne faut surtout pas insérer des serviettes ou des tampons en coton dans le nez, sauf si le saignement ne s’est pas arrêté au bout de 15 minutes. Dans ce cas, il est nécessaire d’appeler un médecin immédiatement.

3. En cas d'hypothermie

Les principales erreurs sont de frotter la victime avec de la glace, d’utiliser de l'huile ou de la vaseline, ou d’augmenter considérablement sa température corporelle.

La première chose à faire est de déplacer la victime dans une pièce tiède et d’envelopper les zones gelées de son corps. Si nécessaire, il faut l’habiller avec des vêtements secs et bien l’emmailloter dans des couvertures chaudes. Il faut également lui donner des boissons sucrées chaudes et de la nourriture chaude.

Important : ne donne jamais d'alcool à la victime. Les boissons contenant de l'alcool dilatent les vaisseaux et augmentent encore la perte de chaleur.

4. En cas d'arrêt cardiaque

L'erreur principale est de réaliser les mêmes manipulations sur des personnes d'âges différents. Chez les adultes, un massage cardiaque indirect s’effectue avec les deux mains : les bases des paumes des mains appuient sur la poitrine du blessé et les pouces des mains doivent être dirigés vers la tête du blessé ou vers ses jambes. C’est la même chose chez les adolescents mais avec une seule main.

En revanche, pour effectuer un massage cardiaque indirect sur un nourrisson ou un jeune enfant, il ne faut utiliser que deux doigts.

Important : le massage cardiaque indirect ne peut être effectué qu'en plaçant le blessé sur une surface plane et dure.

5. En cas de brûlure

La principale erreur est d’essayer de percer les cloques. Pour aider une personne qui s’est brûlée, il faut d'abord la forcer à s’allonger sur le sol, éteindre les flammes à l’aide de ses vêtements (à condition qu’ils soient en tissu ininflammable) et appeler les secours.

Après une petite brûlure sans dommage tissulaire significatif, les zones affectées doivent être lavées à l'eau froide pendant 20 minutes maximum. Ensuite, tu devras appliquer un bandage stérile sur la brûlure, et placer de la glace ou tout autre objet froid dessus, puis appeler les secours.

Important : en cas de brûlure grave, il est important de donner à la victime un verre d’eau salée, ou d’eau minérale.

6. En cas de déboîtage

L'erreur principale est d'essayer de remettre en place un déboîtage soi-même. La seule manière de déterminer le type de dommages subis par la personne blessée est de procéder à une radiographie. Par conséquent, la seule chose à faire est d'immobiliser la personne blessée – elle ne doit surtout pas redresser ou plier son membre endommagé. Pour ce faire, tu peux utiliser n'importe quel objet plat et étroit et le fixer de manière à immobiliser la zone affectée et les articulations à proximité. Le renfort doit être attaché sur toute la longueur, à l'exclusion de la zone blessée. Si tu n’as pas d'objets adéquats à portée de main, attache le bras au corps ou la jambe à l’autre.

Important : les bandages ne doivent pas trop serrés, afin de ne pas altérer la circulation sanguine du membre.

7. En cas d'intoxication

L'erreur principale est de ne pas boire assez d’eau. Pour un lavage gastrique, il est nécessaire de donner à la victime 2,5 à 5 litres d'eau à température ambiante. Des vomissements devraient être provoquées tous les 0,5 litres ingurgités, en appuyant avec les doigts sur la base de la langue. Répète la procédure jusqu'à ce que l'eau soit complètement claire.

Important : il ne faut pas procéder à un lavage gastrique sur une personne inconsciente.

8. En cas de morsure de serpent

L'erreur principale est de sucer les morsures de serpent pour aspirer le venin. Premièrement, il faut allonger la victime pour ralentir la propagation du poison et ensuite immobiliser le membre endommagé : si la piqûre est au niveau de la jambe, il faut l’attacher à l'autre jambe et bien la fixer. Si elle est au niveau du bras, il faut faire la même chose mais l’attacher au corps. Si une personne est inconsciente, il est nécessaire d'effectuer une réanimation cardiopulmonaire.

Important : l'utilisation d'un garrot est inutile puisque cela n’empêchera pas le poison de se propager, et cela pourrait causer une nécrose.

9. En cas de douleurs dans la partie inférieure de l'abdomen

L'erreur principale est de prendre des analgésiques ou des antispasmodiques. On nous recommande souvent de prendre des analgésiques ou des antispasmodiques lors de douleurs dans le bas-ventre. Cependant, les médecins découragent catégoriquement ceci : en éliminant la douleur de cette façon, cela rend possible le fait de "passer à côté" de maladies dangereuses (voire mortelles) telles que l'appendicite aiguë, l'obstruction intestinale ou la perforation d'un ulcère.

Important : en cas de douleur intense, il faut immédiatement consulter un médecin.

Rappelle-toi que dans toute situation extrême, tu devrais d'abord demander l'aide de médecins ou de sauveteurs.

Source: www.camerounweb.com