Actualités

Sport

Business

Culture

TV / Radio

Afrique

Pays

Covid : Que sait-on du nouveau variant XBB.1.5 ?

Par la BBC

Ven., 13 Janv. 2023 Source: www.camerounweb.com

Par la BBC

Du 22 octobre 2022 au 11 janvier 2023, 5 288 séquences du variant Omicron XBB.1.5 ont été signalées dans 38 pays. La plupart de ces séquences proviennent des États-Unis d'Amérique (82,2 %), du Royaume-Uni (8,1 %) et du Danemark (2,2 %). Que devez-vous savoir sur XBB.1.5 ?

Qu'est-ce que XBB.1.5 ?

Il s'agit d'une nouvelle ramification du variant Omicron Covid, dominante dans le monde entier. Depuis son apparition à la fin de l'année 2021, Omicron a surpassé les précédents variants de coronavirus Alpha, Beta, Gamma et Delta.

Omicron a également donné naissance à de nombreuses autres sous-variants contagieux.

  • Omicron BA.2 : qu'est-ce que c'est et doit-on s'inquiéter ?
  • Pourquoi les personnes vaccinées contractent-elles aussi le coronavirus ? (et ce n'est pas que les vaccins ne fonctionnent pas).
  • Les vaccins de rappel Omicron sont-ils efficaces ? Et 6 autres questions sur les 3e et 4e doses
On pense que les symptômes de XBB.1.5 sont similaires à ceux des souches précédentes d'Omicron. La plupart des gens ressentent des symptômes semblables à ceux du rhume.

La souche XBB.1.5 est-elle plus contagieuse ou plus dangereuse ?

XBB.1.5 a évolué à partir de XBB, qui a commencé à circuler au Royaume-Uni en septembre 2022.

XBB présentait une mutation qui lui permettait de déjouer les défenses immunitaires de l'organisme, mais cette même qualité réduisait également sa capacité à infecter les cellules humaines.

Selon le professeur Wendy Barclay, de l'Imperial College de Londres, XBB.1.5 présente une mutation appelée F486P, qui lui redonne la capacité de se lier aux cellules tout en continuant à échapper aux défenses immunitaires. Cela lui permet de se propager plus facilement.

Elle a déclaré que ces changements évolutifs étaient comme des "tremplins", car le virus évolue pour trouver de nouveaux moyens de contourner les mécanismes de défense de l'organisme.

Le Wellcome Sanger Institute de Cambridge procède au séquençage d'au moins 5 000 échantillons de Covid par semaine, dans le cadre des efforts continus de recherche des variantes.

  • Est-ce à cause du racisme que les preuves d'une infection plus légère d'Omicron ont été ignorées ?
  • Que savons-nous des résultats et des effets secondaires des vaccins contre le Covid-19 ?
Le Dr Ewan Harrison, de l'institut, pense que XBB.1.5 est probablement apparu lorsqu'une personne a été infectée par deux types d'Omicron différents :

"Un morceau du génome d'un virus s'unit à un autre morceau d'un second virus, ils fusionnent et se transmettent."

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que le XBB.1.5 présente un "avantage de croissance" par rapport aux autres sous-variantes observées jusqu'à présent.

Mais l'OMS a déclaré que rien n'indiquait jusqu'à présent qu'il était plus grave ou plus dangereux que les variantes précédentes d'Omicron.

Où se propage XBB.1.5 ?

D'après les estimations des Centers for Disease Control (CDC), près de 28 % des cas de Covid survenus aux États-Unis au cours de la première semaine de janvier étaient dus à XBB.1.5.

Le CDC avait précédemment estimé que jusqu'à 40 % des cas étaient dus à XBB.1.5.

Toutefois, le chiffre révisé représente une forte augmentation par rapport aux 4 % de cas enregistrés au début du mois de décembre.

Les admissions à l'hôpital pour le virus Covid ont augmenté ces dernières semaines aux États-Unis, et le gouvernement a relancé son programme de dépistage gratuit.

Les scientifiques sont-ils inquiets a propos de XBB.1.5 ?

Le professeur David Heymann, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a reconnu qu'il restait beaucoup à apprendre sur ce dernier variant.

Mais il a déclaré qu'il était peu probable qu'il cause des problèmes majeurs dans des pays comme le Royaume-Uni, où les taux de vaccination et d'infections antérieures sont élevés.

Il s'inquiète pour des pays comme la Chine, où l'on observe à la fois un faible recours aux vaccins et une faible immunité naturelle en raison de fermetures prolongées.

"La Chine doit partager les informations cliniques sur les personnes infectées afin de voir comment le variant se comporte dans une population non immunisée", a déclaré le professeur Heymann.

Source: www.camerounweb.com