0

Ambazonie : voici comment Paul Biya a laissé pourrir la crise anglophone

Paul Biya Cameroun Enfer Regime Etoudi Paul Biya a eu

Tue, 8 Feb 2022 Source: www.camerounweb.com

• Rebondissement dans le dossier de l'Amazonie

• Paul Biya a fait preuve de déni

• La crise a enfin dégénéré

Un document confidentiel en possession de Declassified UK fait d'énormes révélations.

Ces documents fournissent un aperçu rare de la vision du Foreign Office sur le conflit de l'Ambazonie. La région était autrefois une colonie britannique appelée Southern Cameroons. Lors des négociations d'indépendance en 1961, la population locale a voté pour rejoindre la partie francophone du Cameroun, plus vaste.

Un système fédéral censé préserver une certaine autonomie s'est progressivement effondré, et cette marginalisation a alimenté le sentiment séparatiste ambazonien.

Les documents montrent que des diplomates britanniques notent que "des violations généralisées des droits de l'homme continuent d'être commises par les séparatistes et les forces de sécurité de l'État" en Ambazonie.

Whitehall est convaincu. "Il n'y a aucune chance, et peu de soutien populaire, pour l'indépendance. Mais le conflit continuera de couver à moins et jusqu'à ce que le gouvernement réponde aux demandes raisonnables de la majorité modérée", indique le Whitehall.

Ces demandes "modérées" sont considérées comme une plus grande autonomie, un soutien financier, la protection des civils et le respect de l'usage de l'anglais.

"Des violations généralisées des droits de l'homme continuent de se produire".

Les responsables britanniques pensent que le président Biya a eu "une longue période de déni" sur la crise anglophone et que son ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, croit qu'il peut y être "mis fin par la seule action militaire."

Lors de la réunion de Heappey avec Ngoh Ngoh, qui est aussi le successeur probable de Biya, on lui a dit de souligner qu'il "semble qu'il y ait encore trop d'allégations relatives à la crise anglophone, nonobstant la possibilité de désinformation [fake news], toutes les allégations crédibles doivent être examinées."

Un premier "plan de dialogue" pour la crise a été "élaboré en coordination avec Sir Jeffrey Donaldson", un député de droite en Irlande du Nord.

Donaldson a quitté les pourparlers de paix de l'Accord du Vendredi Saint, mais s'est présenté comme un expert en négociation de conflits internationaux. Il est maintenant l'envoyé commercial du Royaume-Uni au Cameroun.

On a conseillé à M. Heappey de dire au chef de l'espionnage camerounais, Eko Eko, que "les opérations militaires doivent être dirigées par les services de renseignement et être précises, et que le dialogue est essentiel pour parvenir à une solution pacifique du conflit".

Il devait "mettre en évidence nos propres exemples/leçons d'Irlande du Nord où le Royaume-Uni n'a pas toujours bien fait les choses", comme l'internement, la détention massive de suspects de terrorisme sans procès.

Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré à Declassified que "le Royaume-Uni s'est engagé à travailler avec ses alliés régionaux en Afrique centrale et occidentale pour lutter contre la violence dans le bassin du lac Tchad."

"Le Cameroun est un partenaire important dans cet effort et nous étudions quel soutien supplémentaire nous pouvons apporter pour relever les défis de sécurité communs et contenir davantage la propagation de l'extrémisme violent dans la région.", indique- t-on.

Cependant les autorités camerounaises n'ont pas répondu à une demande de commentaire.

Source: www.camerounweb.com