0
Politics Sat, 29 Jan 2022

Extrême-nord : une réunion de Cavaye critiquée par la société civile

Cavaye veut résoudre la crise intercommunautaire

Il a réuni les élites de sa région

Une idée critiquée

Cavaye Yeguie Djibril a réuni les membres du Gouvernement du grand nord sur la crise du conflit intercommunautaires dans la région de l’extrême-nord.

La réunion au cercle municipal de Maroua le samedi 22 janvier 2022, était l’occasion idoine de trouver des solutions aux conflits qui fragilisent le Logone et Chari. Cette assise a vu la présence de tous les chefs traditionnels et religieux. Lesquels ont formulé de nombreuses recommandations afin d’apaiser les tensions entre les communautés Mousgoums et Arabes choa et ramener la paix dans ce département.

Une rencontre critiquée par les acteurs de la société civile qui pensent que la crise doit s’arranger sur le terrain et non dans des salons VIP.

“Nous avons un problème sérieux. Beaucoup ont perdu. Arabes Shoa comme Mousgoum. L’État doit les aider à regagner leurs maisons tout en mettant fin aux pratiques de pêche artisanale réglementée par les autorités. Il faut aussi créér un comité de suivi au bénéfice des deux communautés” indique un acteur de la société civile. Pour le moment aucune solution n’a été trouvé pour un retour définitif au calme.

Suite au conflit inter communautaire qui a déjà fait des morts et des dégâts matériels énormes, Cavaye Yeguie Djibril a réuni les membres du gouvernement du grand nord, les élites extérieures et intérieures de l’extrême nord et autres acteurs politiques pour se pencher sur le problème qui oppose les Mousgoum et les Arabes choua dans le Logone et Chari.

Au moins sept personnes ont été tuées et 19 autre blessées dans des affrontements, dimanche, entre deux communautés dans l’arrondissement du Logone-Birni, département du Logone-et-Chari dans l’Extrême-Nord du Cameroun, a-t-on appris du maire du Logone-Birni, Abakar Brahim.

Selon cette autorité municipale, « il s’agit d’un bilan provisoire, car il y a eu plusieurs blessés graves qui pourraient succomber ».

Abakar Brahim a souligné que les blessés ont été évacués à l’hôpital régional annexe de Kousseri pour recevoir les soins appropriés.

« Jusqu’à présent, nous ne savons pas l’indifférence qui a déclenché ces affrontements qui ont coûté la vie à plusieurs de nos compatriotes, mais rien ne peut justifier cette barbarie entre ces deux communautés qui sont appelées à vivre ensemble dans cet arrondissement », a expliqué à l’Agence Anadolu, Zina Dalaina, sous-préfet de Logone-Birni, ajoutant que la tension est toujours vive entre les Arabes Chaos et les Mousgoums, « malgré le renforcement de la sécurité par les autorités militaires »
Source: www.camerounweb.com