0

Prisonniers politiques : une importante lettre sur la table de Paul Biya

Paul Biya Cameroun Enfer Regime Etoudi La lettre a été envoyée ce jeudi

Thu, 3 Feb 2022 Source: www.camerounweb.com

• La lettre a été envoyée ce jeudi

• Elle est envoyée dans le cadre de la campagne internationale de libération des prisonniers politiques

• Plusieurs recommandations faites



Une importante lettre vient d’être déposée sur la table de Paul Biya dans le cadre de la campagne internationale de libération des prisonniers politiques au Cameroun.

Il s’agit d’une lettre ouverte des organisations nationales et internationales sur la détention arbitraire au Cameroun.

« Détenir des personnes simplement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, de même que détenir des personnes à la suite de procès iniques, sans garanties procédurales indépendantes, est ARBITRAIRE et ILLEGAL », indique la lettre.

« Si ces prisonniers politiques NE SONT PAS LIBRES, ALORS AUCUN CAMEROUNAIS N’EST LIBRE. S’ils croupissent en prison pour avoir parlé aujourd’hui, alors n’importe qui pourrait être en prison pour avoir parlé demain », martèle la lettre.

Les signataires demandent au gouvernement camerounais de procéder immédiatement à la réforme des lois qui sont actuellement utilisées pour criminaliser les manifestations et réunions publiques et à garantir la libération de toutes les personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression et la liberté de réunion.

La rédaction de Camerounweb vous propose l’intégralité de la lettre adressée à Paul Biya.



Référence: AFR 17/2022.2598

Paul Biya

Président de la République du Cameroun

Palais présidentiel

Yaoundé

Cameroun

03 février 2022

Excellence, Monsieur le Président,

DETENTION ARBITRAIRE AU CAMEROUN

Au moment où le Cameroun accueille la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations, tous les projecteurs sont braqués

sur le pays. Le monde entier regarde les pays africains compétir pour le titre, dans une ambiance effervescente. Mais, les

ovations et les célébrations diffusées par les médias masquent une autre réalité dans le pays. Plus d’une centaine de

personnes croupissent dans les prisons camerounaises, la plupart depuis plus d’un an, et certaines depuis plus de cinq

ans, simplement pour avoir manifesté. La plupart encourent de lourdes peines, ce qui signifie qu’ils seront en prison

pendant de nombreuses années encore. Ils ont des familles qui leur manquent cruellement et qui sont privées de leur

affection, de leur soutien. L’atmosphère dans ces prisons et dans ces familles, loin de l’effervescence dans les rues, se

résume à celle de l’angoisse, de la douleur et du désespoir.

En effet, alors que l’on célèbre à l’extérieur, ces personnes souffrent à l’intérieur des prisons surpeuplées, dans des

conditions inhumaines, comptant les mois ou les années qu’elles ont déjà passés en prison, et les mois ou les années qui

les attendent encore. Ils n’ont rien fait d’autre que d’exercer pacifiquement leurs droits humains consacrés par les textes

juridiques internationaux. Mais, la loi antiterroriste draconienne du Cameroun de 2014 peut être interprétée pour

criminaliser même les manifestations pacifiques. Détenir des personnes simplement pour avoir exercé leurs droits à la

liberté d’expression et de réunion pacifique, de même que détenir des personnes à la suite de procès iniques, sans garanties

procédurales indépendantes, est arbitraire et illégal.

Pour ne citer que quelques-unes de ces personnes, il y a d’abord Dorgelesse NGUESSAN, une coiffeuse et mère célibataire

qui a joint la manifestation dirigée par le MRC contre la façon dont les élections locales étaient organisées. Elle a été

arrêtée et détenue pendant plus d’un an, puis condamnée à cinq ans de prison ferme par un tribunal militaire. C’était sa

toute première manifestation.

Il y a ensuite PENN Terence KHAN, censeur d’un lycée public, The Cameroon College of Arts, Science and Technology

(CCAST) de Bambili, et père de quatre enfants. Il a été arrêté, torturé, accusé d’actes de terrorisme et jugé par un tribunal

militaire. La seule preuve retenue contre lui au cours du jugement est un t-shirt sur lequel on peut lire "La diaspora sudafricaine se tient derrière les Camerounais de l’Ouest pour un Cameroun fédéral" et "Nous sommes des Camerounais, nous

ne sommes pas des extrémistes". Il a été condamné à 12 ans de prison ferme après avoir rejoint les manifestations dans

les régions anglophones, il y a cinq ans.

Il y a aussi TSI Conrad, un jeune journaliste indépendant des régions anglophones qui s’est rendu à une manifestation avec

l’intention de la couvrir, en d’autres termes, faire son travail de journaliste. Il a été arrêté sur les lieux, puis condamné à 15

ans de prison ferme par un tribunal militaire. Comme PENN Terence KHAN, il entame maintenant sa sixième année de

prison. Au moins trois autres journalistes anglophones sont également détenus arbitrairement avec TSI Conrad. MANCHO

Bibixy TSE et Thomas AWAH Junior ont été arrêtés en janvier 2017 et condamnés par le même tribunal militaire,

respectivement à 15 et 11 ans de prison ferme. MANCHO est également connu pour son activisme en faveur des droits

2

www.amnesty.org

humains autour de la crise anglophone et pour s’être tenu debout dans un cercueil alors qu’il prononçait un discours devant

d’autres manifestants. Un autre journaliste, Kingsley FUMUNYUY NJOKA, arrêté le 15 mai 2020, détenu d’abord au secret

pendant des semaines, est en détention, sans jugement, depuis plus de 20 mois.

Et enfin Intifalia OBEN, un jeune commerçant qui fabriquait des t-shirts personnalisés avec des slogans politiques du

Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) dessus, sans se rendre compte que ce sont les éléments des forces

de sécurité camerounaises qui avaient passé la commande. Ils sont venus l’arrêter pour avoir confectionné des T-shirts. Il

a tellement subi des actes de torture qu’il est tombé malade d’une infection pulmonaire et s’est retrouvé enchaîné sur son

lit d’hôpital 24 heures sur 24, alors même qu’il recevait des soins médicaux. Il a été condamné à cinq ans de prison ferme

par un tribunal militaire.

Les injustices et les humiliations subies par ces personnes, et tant d’autres, se sont multipliées au fil des mois et des années.

La plupart ont déclaré avoir été torturés, avoir enduré des conditions de détention épouvantables et souffrir d’une santé

extrêmement précaire. Ils sont également confrontés au traumatisme psychologique de tout ce qu’ils ont enduré, de

l’isolement de leurs proches, au choc et au chagrin d’être privés de leurs droits humains et de leur liberté.

Nous, aussi, sommes lésés, choqués, non seulement pour ces personnes et l’injustice de leurs souffrances, mais aussi

pour la plus grande injustice que représente leur détention arbitraire. S’ils ne sont pas libres, alors aucun camerounais n’est

libre. S’ils croupissent en prison pour avoir parlé aujourd’hui, alors n’importe qui pourrait être en prison pour avoir parlé

demain.

Nous voulons contribuer à apporter le changement. Avançons vers un avenir juste où les droits humains, et la liberté

d’expression en particulier, sont véritablement respectés. Faisons en sorte que ces personnes soient libérées, réunies avec

leurs familles et capables de demander réparation pour les pires injustices ainsi subies.

Excellence, Monsieur le Président, nous vous exhortons à procéder à la réforme des lois qui sont actuellement utilisées

pour criminaliser les manifestations et réunions publiques et à garantir la libération de toutes les personnes détenues

arbitrairement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression et la liberté de réunion. Alors que les célébrations de

la CAN prennent fin et que les médias du monde cessent de se concentrer sur le Cameroun, travaillons à construire une

société que nous pouvons vraiment célébrer.

Sincèrement,

Source: www.camerounweb.com