INDÉPENDANCE 1940

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous la tutelle de l'Organisation des Nations Unies, qui en délègue l'administration à la France et à l'Angleterre.

L'adoption des Constitutions de 1946 et 1958 par la France a permis aux populations locales de participer à la gestion du pays, des assemblées locales ont alors été créées. Tout d'abord, l'Assemblée Représentative du Cameroun (RACAM) en 1946, devenue l'Assemblée Territoriale du Cameroun (TACAM) en 1952 et enfin, en 1956, la France a accordé l'autonomie interne au Cameroun français en faisant l'Assemblée législative du Cameroun (LACAM).

Outre l'adoption, les Camerounais élus ont été envoyés en France pour représenter leur pays à l'Assemblée nationale française, à l'Assemblée de l'Union française et au Conseil économique. C'est aussi le début des syndicats indigènes.

Pendant l'entre-deux-guerres, la question de la proposition d'indépendance fut à nouveau posée par l'UPC (Union des Populations Camerounaises) formée le 10 avril 1948 à Douala. Elu Secrétaire général de l'UPC en novembre 1948, Ruben Um Nyobe devient la figure de proue du mouvement. Bien que les autorités coloniales aient publiquement qualifié l'UPC de "communiste", la police française a été obligée d'observer les rapports secrets selon lesquels Um Nyobe était un homme d'exception.

La pétition pour l'indépendance du Cameroun a été rejetée par les autorités françaises et par les autorités du pays. Suite à la Conférence de Brazaville, ils ont créé l'Association des Colons du Cameroun (ASCAM) le 15 avril 1945 afin de défendre leurs intérêts et d'empêcher le progrès social contrôlé par les syndicats. De violentes batailles ont eu lieu entre les membres les plus radicaux des colons et les indigènes en septembre 1945. Selon les rapports trouvés par les auteurs de "Kamerun'', de nombreux Camerounais ont été abattus dans le dos avec des fusils à cette occasion.

Ayant réussi à s'emparer de la " lutte des colons ", l'administration coloniale a favorisé la création de partis politiques opposés à l'UPC comme l'ESOCAM (Evolution Sociale du Cameroun), l'INDECAM (Coordination des Independants Camerounais) etc. Favorisés par la fraude électorale, ces "partis administratifs" ont empêché l'UPC d'avoir la majorité à l'assemblée territoriale. Il faudrait un livre pour compléter l'identification des forces qui collaborent avec le pouvoir de combattre notre organisation pour commenter Um Nyobe en 1954.

1950

En mai 1955, de violentes manifestations ont entraîné la mort de nombreux Camerounais. L'UPC a alors été accusée d'avoir organisé la guerre et le gouvernement français au Conseil des ministres a décidé d'interdire l'UPC et ses branches faisant alors assiéger l'UPC.

Peu après la création de la loi Gaston Defferre, une tutelle de l'Etat (gouvernement autonome camerounais), André Marie Mbida est nommé chef de l'Etat et Premier ministre de ce gouvernement. Pierre Messmer, Haut Commissaire du Cameroun (représentant le gouvernement français) a cherché un compromis avec Ruben Um Nyobe, un dirigeant de l'UPC pour mettre fin à leur violence. Cette approche a été rejetée par le dirigeant de l'UPC et la violence s'est aggravée de mauvaise en pire.

Ce refus du dialogue a conduit le gouvernement français à trouver le chemin de l'indépendance sans l'UPC. André Marie Mbida n'était pas d'accord avec cela et démissionna en 1958. Ahmadou Ahidjo a ensuite été nommé Premier ministre. Ruben Um Nyobe fut tué par l'armée française lors d'une bataille dans le "Maquis Bassa" le 13 septembre 1958, puis les dirigeants de l'UPC s'enfuirent à l'étranger.

Le 1er janvier 1960, Ahmadou Ahidjo a finalement déclaré : "Chers camerounais, le Cameroun est libre et indépendant. Le Cameroun s'est alors doté d'une constitution promulguée dans le but d'instaurer un système pluraliste et multipartite.

Selon l'historien Bernard Droz, les événements de 1955 à 1959 ont entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes, à la suite des luttes intestines coloniales et militaires de répression de l'UPC. L'historien Marc Michel, qui avait étudié la question spécifique de l'indépendance du Cameroun, a déclaré que la plupart des combats ont eu lieu après l'indépendance. Il estimait que " très probablement, la guerre avait fait dix mille morts, principalement des victimes de la guerre civile après l'indépendance ".

 

 Le Cameroun sous administration britannique

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous administration britannique et voit l'émergence de mouvements de ségrégation et de réunification.

En mai 1949, le Dr Emmanuel Endeley crée la Fédération nationale du Cameroun (CNF) qui lutte pour l'indépendance et la séparation du Cameroun britannique de la fédération nigériane.

Les dissidents du CNF ont fondé le Kamerun United National Congress (KUNC), jugeant le CNF trop prudent en la matière. La proposition de KUNC est simple : la restauration du "grand Kamerun" de l'époque de l'empire colonial allemand. Dans le même temps, l'UPC a également été rétablie dans le sud du Cameroun britannique.

En 1953, la FCEN et la KNUC ont fusionné pour former le Kamerun National Congress (KNC) qui remportera les élections de 1953. Ces partis politiques autonomes ou indépendants étaient dirigés par les autorités britanniques qui ont modifié les institutions après la "conférence Mamfe" en 1950 et la conférence de Lancaster House en 1959 sous les auspices de l'ONU.

En 1954, le Cameroun britannique adopte sa propre administration et établit sa capitale à Buea, dans le sud-ouest du Cameroun.

En 1958, M. Endeley est devenu Premier ministre de l'" autonomie gouvernementale " du Cameroun britannique.

En 1959, John Ngu Foncha devient Premier ministre du Cameroun britannique.

Pour résoudre définitivement le problème de l'indépendance et de la réunification, les autorités britanniques ont consulté le peuple par référendum. La consultation a eu lieu le 11 février 1961 et l'option pour l'indépendance avec la réunification des deux Cameroun a prévalu dans le Sud Cameroun, tandis que le Nord Cameroun proposait son intégration dans la fédération nigériane.

Le Cameroun français indépendant s'est plaint de fraude et a affirmé que les camerounais du Nord devraient également y être rattachés.

Le Cameroun français a accédé à l'indépendance le 1er janvier 1960 et est devenu la République du Cameroun, immédiatement reconnue par les États-Unis d'Amérique et l'Union soviétique. Les élections sur le territoire sous domination française ont été marquées par des émeutes ethniques, notamment au sein de l'ethnie Bamileke. Différents groupes ethniques luttaient pour leur indépendance.

En juin 1961 à Bamenda, en juillet 1961 à Fumban et enfin en août 1961 à Yaoundé, les représentants de l'ex-Cameroun et du Cameroun méridional se sont réunis pour régler les détails de la réunification.

La colonie britannique a ensuite été divisée en deux après un référendum d'autodétermination. La région du Nord, principalement musulmane, a choisi d'intégrer le Nigeria, tandis que la région du Sud, principalement chrétienne, a choisi de rejoindre la République du Cameroun.

Le 1er juin 1961, le Cameroun Nord devint indépendant et rejoignit le Nigeria.

Le 1er octobre 1961, le Cameroun méridional devint également indépendant et fut immédiatement réuni avec l'ancien Cameroun français. Ils ont ensuite formé la République fédérale du Cameroun. John Ngu Foncha devient Premier ministre de l'Ouest du Cameroun et Vice-président de la République fédérale du Cameroun.